Soumise Insolence

Notre fonctionnement au quotidien 20-11-2011

 

Bonjour, suite à une demande pertinente, vous trouverez ici, les grandes lignes de notre fonctionnement au quotidien.

 

Tout d’abord :

 

Une soumise n’est ni inférieure, ni la bonne, ni une poupée gonflable. Un dominant n’est ni un macho, ni un manipulateur, ni un tyran, dans une relation D/s chacun a pris une place différente par choix, charge à eux de l’assumer, la nuance est importante.

 

Plantons le décor (rire):

 

Nous n’avons pas de contrainte familiale, ni enfant, ni frère ou sœur, ni plus de parent dans mon cas, et point très présents physiquement pour ma Princesse. Ce qui nous permet une plus grande liberté que beaucoup d’entre vous je vous l’accorde. Du levé au couché, voir même certaines nuit puisque des fois attachée ou dans son panier, nous vivons une relation D/s presque sans contrainte extérieure, en même temps c’est ce que nous recherchions l’un et l’autre. Notre fonctionnement est aussi plus simple de part le fait que nous ne portons pas grande importance au jugement des autres, à part nos amis proches. Pour nous c’est notre mode de vie, et nous sommes libres de fonctionner comme nous voulons, tant que cela n’est pas justiciable.

 

Posons les bases :

 

Toutes nos règles sont valables presque en permanence. Le vouvoiement de sa part en vers moi et le tutoiement dans l’autre sens, en public ou en privé, ce qui de temps en temps étonne une personne par ci par là, mais dans l’ensemble, nous le faisons tellement naturellement que beaucoup ne s’en aperçoivent pas. Par exemple, sa mère qui est venue passer quelques temps à la maison, ne s’en est rendue compte qu’au bout d’une semaine, sourires. Quand elle a dit à ma Princesse : ‘tu te rends comptes que tu le vouvoies ?’ La réponse fut ‘oui’, et il n’y a pas eu plus de questions.

 

Elle se doit de demander l’autorisation, pour tout ou presque, par exemple aller uriner, ce qui se fait porte des toilettes ouverte à la maison ou chez des initiés ou qui peut aussi avoir lieu sur un parking ou au bord d’une route sans forcément être à l’abris des regards. Le droit d’allumer une cigarette, l’autorisation de boire autre chose que de l’eau, etc. Dans les faits cela ne change pas grand-chose, puisque cela lui est accordé presque systématiquement. A chaque autorisation ou refus de ma part, elle doit m’en remercier, les refus étant fait afin de faire durer l’attente un moment. Le but étant d’être dans sa condition de soumise, c’est aussi un bon moyen d’augmenter notre complicité, car toutes ces autorisations ou demandes se doivent d'être même en public. Quand je parle de complicité, je veux dire que si elle doit demander, moi je dois lui répondre, et dans certains cas cela se fait par mimes ou signes, de plus quand nous sommes entourés de non-initiés, il n’y a que nous qui puissions comprendre ce qui se passe, nous sommes un peu comme dans notre bulle, si je puis dire.

 

Au passage, contrairement à ce que beaucoup de soi-disant ‘dom’ pensent, gérer une soumise ce n’est pas quand on à envie, mais quand c'est nécessaire, et en D/s 24/24, c’est gérer tout le temps et avoir de la constance dans sa gestion.

 

Revenons à notre fonctionnement. Elle ne porte quasi jamais de slip sous une jupe courte, même pendant les menstruations, ni de pantalon. Les exceptions sont quand il est nécessaire de ne pas choquer pour le slip, et pour faire de la moto pour le pantalon.  De toutes façons, comme c’est moi qui choisis la tenue vestimentaire (souvent en cuir d’ailleurs) qu’elle doit revêtir pour sortir, la chose est donc entendue, sourires. Quant à moi je suis toujours habillé entièrement en noir.

 

Il y a aussi des petites choses qui nous différentient d’un fonctionnement ‘normal’. A la maison ou chez des initiés, Princesse s’assoie sur un coussin afin d’être plus bas que moi. Contrairement aux conventions de la galanterie, dans la rue elle marche en retrait ou au pire à ma hauteur, quand je veux fumer, c’est elle qui allume mes cigares, elle monte les escaliers en premier (joli petit cul, sourire) etc. …

 

Pour ce qui est de la nourriture, c’est moi qui choisis (et oui encore) en même temps c’est moi qui cuisine 98% du temps, et oui c’est au Maître de nourrir sa Chienne, sourire.

 

Notre relation étant ce qu’elle est, même pour les décisions importantes, je prends son avis et en tiens compte, mais c’est moi qui ai le dernier mot.

 

Pour que ce type de relation puisse exister sur le long terme, le dominant ce doit par moments d’être un peu plus souple sur les règles, à lui de savoir sentir quand. C’est comme pour tout, être excessif ou intransigeant en permanence finit par provoquer des heurts et donc détruit la relation.

 

Je ne sais pas si ce texte répond aux attentes, mais il n’est pas impossible d’y amener des précisions. Néanmoins, il y a certaines parties de notre vie qui resteront privée et je pense que vous le comprendrez et en conviendrez.

 

rphdom.

 



20/11/2011
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 259 autres membres